• Thème du blog

    Blog que je n'ai pas lancé au hasard, poussé par les "démons" et ma connexion Mercure+Sud capricorne

    Thème du blog

    Sagittaire maison 1, j'ai crée le blog avec Soleil et Lune+Mercure+Mars opposé à ma Jupiter natale. Ça tombe bien, les aspects Lune+Mars sont et seront fréquents sur le blog. Uranus+Sud, vous le voyez et verrez souvent, opposé à ma Mars natale, et je parle fréquemment d' Uranus+Mars, la conjonction "nucléaire". Jupiter face à ma Vénus, je mets en lumière le pouvoir jovien tropicaliste bidon "poissons", Saturne sur mon Uranus natale, un aspect qui reviendra également, et Pluton sur mon Soleil, je n'agis que dans une illusion d'adversaire sagittaire de ces énergies, je les mets en lumière certes mais parce qu'ils l'ont décidé, le passage de Saturne+Pluton (que j'ai au natal), qui revient pas mal sur le blog, sur ma Mercure+Sud, je ne suis pas idiot, je sens trop les soucis que cela amènera.

    Thème du blog

    Le précédent passage critique, que j'avais évoqué dans "comment j'ai ouvert la boite de Pandore"

    Thème du blog

    Là encore, vous n'avez pas besoin de sortir de normal sup' pour comprendre que mon impulsion vers l'astrologie n'est que le résultat d'un éveil, dont j'ai compris que c'était j'avais modifié le message (égo martial), et j'ai pu saisir grâce à l'astrologie les aspects de ces plutoniens de merde, donc au final nettoyer le vrai du faux. Vous retrouvez des aspects sur mon accident qui ont permis de m’intéresser à toutes les conjonctions qui reviennent sur le blog : Lune + Mars + Uranus + Neptune + Sud en signe capricorne; Soleil+Pluton scorpion; sans oublier Mercure proche Pluton, qui impulse le déclic

    Thème du blog

    Pas de scoop, les astres me font piger que j'ai été entubé via la conjonction libératrice Neptune+Vénus sur le piège de la vision "capricorne" d'un futur que la personne filtre selon sa Mars, exaltée dans ce signe (comme beaucoup de voyants/mediums de ce signe, leur vision est bousillée par l'ego martial), et Soleil+Mercure+Uranus en verseau, vous l'avez vu régulièrement sur le site, c'est pas fini, et avec Jupiter opposée à l'accident, c'est une vrai-fausse victoire, je suis toujours leur esclave, mais désormais j'emmerde les joviens tropicalistes arnaqués et j'emmerde les plutoniens qui les manipulent comme ils manipulent l'élite sidérale. Je n'ai surement que 4 ans devant moi, mais je vais bien en profiter, je peux désormais savoir ce qu'ils me réservent, sans hélas changer quoi que ce soit (mais je m'y prépare).

    Thème du blog

    Le choix de cette image ne doit rien au hasard, c'est une image de Camille Flammarion pour illustrer son édition simplifiée (pour Nabilla ?) du livre "astronomie populaire" d'Arago. Présentée comme médiévale, le missionnaire qui découvre la vérité astronomique, et arrive à sortir la tête de la matrice pour voir et tendre la main au conducteur du char de feu décrit par Ézéchiel (l'image s’arrête avant qu'on le voie) en fait un collage de plusieurs images médiévales, elle n'existe donc pas en tant que telle.

    Thème du blog

    Tu m'étonnes qu'ils aient écrits sur l'astronomie, Soleil en verseau, et que Flammarion ait repris le livre d'Arago pour l'actualiser, avec les Soleil+Vénus conjoints et même axe des noeuds. Pour bien juger combien l'initié Arago Lune+Pluton+Saturne (tiens donc) vous prend pour des idiots, vous pouvez lire son livre sur wikisource. On y lit :

    "La constellation du Bélier, actuellement très-voisine de l’équateur, est celle qu’au temps d’Hipparque le Soleil traversait à l’équinoxe de printemps.

    Mais le grand astronome dont nous venons de parler reconnut que la place de l’équinoxe ne reste pas fixe dans les constellations, que le point équinoxial se déplace tous les ans d’environ 50″, et par un mouvement dirigé de l’orient à l’occident ; qu’en vertu de ce mouvement, qu’on appelle la précession, l’équinoxe doit correspondre à  toutes les constellations zodiacales dans un intervalle d’environ 26 000 ans (25 870).

    Le mouvement de précession est dit un mouvement rétrograde, parce qu’il s’exécute de l’orient à l’occident, en sens contraire du mouvement propre apparent du Soleil et de toutes les planètes.

    A cause de ce mouvement rétrograde, l’équinoxe, qui, du temps d’Hipparque, ainsi que nous l’avons dit, arrivait dans le Bélier, a lieu maintenant dans les Poissons ; cependant l’Annuaire du Bureau des Longitudes dit que le 21 mars, date de l’équinoxe, le Soleil entre dans le Bélier, ce qui semble inexact. Il y a lieu, pour faire disparaître la contradiction, d’expliquer la différence qui existe entre les constellations et les signes de même dénomination.

    Les douze constellations zodiacales furent considérées comme les maisons successives du Soleil dans sa révolution annuelle ; mais ces constellations n’avaient pas une étendue égale. Nous avons déjà remarqué d’ailleurs que deux constellations voisines ne pouvaient s’emboîter l’une dans l’autre, de manière à ne pas laisser entre elles un espace avec ou sans étoiles, qui n’appartenait proprement à aucune des constellations contiguës. Ce mode de division pouvait convenir à une astronomie imparfaite ; il était insuffisant et ne répondait pas au besoin d’une astronomie perfectionnée. Alors on partagea la route où les 360 degrés que le Soleil parcourt annuellement, en douze espaces ou signes, chacun de 30 degrés. Le premier signe eut son origine à l’équinoxe du printemps ; et comme, au temps d’Hipparque, cette saison commençait au moment où le  Soleil pénétrait dans la constellation du Bélier, on appela le premier signe, cette première division en 30 degrés, le signe du Bélier ; le second signe, ou les 30 degrés suivants, fut appelé le signe du Taureau, et ainsi de suite.

    Il faut donc avoir le soin, pour éviter toute confusion, de bien distinguer le mot constellation du mot signe.

    Les constellations sont des figures d’hommes ou d’animaux, dessinées dans le zodiaque, et n’ayant, comme nous l’avons déjà dit, aucun rapport avec la disposition des étoiles qu’elles renferment.

    Les signes sont des divisions de 30 degrés chacune, sans aucune liaison nécessaire avec les constellations dont ils portent les noms. En vertu de la précession des équinoxes, les signes ne coïncident déjà plus avec les constellations.

    Le signe du Bélier ne commence plus dans la constellation du Bélier, il correspond à celle des Poissons.

    Empressons-nous de déclarer que cette division par signes n’est plus en usage dans l’astronomie proprement dite, et que c’est par un reste d’une vieille habitude qu’on en fait mention encore dans les calendriers et dans les annuaires. En donnant inconsidérément aux signes les noms des constellations avec lesquelles ils ne devaient pas toujours coïncider, on a ajouté une nouvelle cause de confusion à celle qui existe déjà dans la science, sans autre avantage, si c’en est un, comme le remarque très judicieusement Voltaire, que d’avoir donné à nos almanachs le caractère purement nominal des anciens calendriers."

    C'est un excellent livre d'astronomie, mais il ment sur cet extrait très mal, comme Pinocchio. Il faudrait lui rappeler par exemple ce que dit la NASA sur les constellation et signes, l'initié Arago fume la moquette en jouant au tropicaliste, mais ce n'est pas le seul à jouer double jeu, Mitterrand était un expert. Appréciez l'avis "sidéraliste" NASA, il est clairement signifié que signes = constellations (n'en déplaise aux tropicalistes), et la page 177 conseille carrément de supprimer le mot "signe" au profit de "constellation", ce qui signifierait un retour à l'astrologie dans son essence sidérale

    Thème du blog

    Thème du blog

    Thème du blog

    Thème du blog

    « Oracles et spectacles, miracles ?Montées des eaux, crues, tsunamis »

    Tags Tags : ,