• Sommes nous encore au jour céleste de Vénus ?

    Saint-Valentin, l'amour devenu échangiste

    Saint-Valentin, l'amour devenu échangiste

    Compte tenu de la précession des équinoxes, cela fait bien longtemps que la Saint Valentin ne marque plus l'entrée solaire en poissons, cette année la "fête des amoureux" démarre même en capricorne, signe de la chute, de celui qui n'est pas écouté (super, pour les couples), et en exaltation de Mars, l'astre de l'égo, des conflits (ça promet). 

    Pour honorer l'amour à la bonne date, c'est le 16 mars (entrée en poissons la veille à 23h45, 15 minutes ça fait "short") :

    Saint-Valentin, l'amour devenu échangiste

    Je ne me fais pas d'illusion plutonienne, à part moi, très peu de lecteurs penseront à cette date à fêter les amoureux vénusiens. Cet amour poissons, plutonien, illusoire (on aime son miroir et une illusion qu'on se fait de l'autre) est illustré par le mythe d'Amour et Psyché :

    "Psyché est la fille d'un roi. Elle est d'une beauté si parfaite qu'elle excite la jalousie de Vénus, à laquelle on la compare. Elle a deux sœurs aînées, d'une grande beauté également, mais sur lesquelles Psyché l'emporte de loin ; toutefois, contrairement à ses sœurs, elle ne trouve pas d'époux, car les foules se contentent de venir la contempler comme une œuvre d'art et la vénérer comme une déesse. Vénus, jalouse de cette rivale et offensée par un tel sacrilège, ordonne à Cupidon de la rendre amoureuse du mortel le plus méprisable qui soit. Cependant, alors que le dieu s'apprête à remplir sa mission, il tombe lui-même amoureux de Psyché en se blessant avec l'une de ses propres flèches.

    Le père de Psyché, désespéré de voir que sa fille ne trouve pas d'époux, se rend à Didymes pour supplier Apollon de permettre à Psyché de se marier. L'oracle est catégorique : Psyché doit être abandonnée sur un rocher au sommet d'une colline, où viendra la chercher son futur époux, un monstrueux serpent volant. Désolé mais résigné, le père de Psyché exécute les ordres divins et abandonne Psyché à son funeste destin. Cependant, Zéphyr, le doux Vent de l'ouest, emporte la jeune femme jusqu'à une merveilleuse vallée. Il dépose délicatement la princesse dans l'herbe tendre, non loin d'un magnifique palais. Psyché y pénètre et y découvre un savoureux festin qui l'attend ; elle est servie par des personnages invisibles, dont elle entend seulement les voix. Elle s'endort ensuite dans une chambre somptueuse.

    Plus tard dans la nuit, son mystérieux époux la rejoint, lui demandant de ne jamais chercher à connaître son identité, cachée par l'obscurité de la chambre. Toutes les nuits, il lui rend visite puis la quitte avant l'aurore. La jeune femme apprécie de plus en plus les étreintes et les mots doux qu'ils échangent alors. Rien ne manque au bonheur de Psyché, si ce n'est de connaître le visage et le nom de son amant nocturne, et de revoir sa famille. Ses deux sœurs, amenées au palais par Zéphyr, sont folles de jalousie face à tant de richesse et de bonheur. Elles cherchent à persuader Psyché que son époux n'est rien d'autre qu'un horrible monstre qui finira par la dévorer. Terrifiée à cette idée, elle profite du sommeil de son amant pour allumer une lampe à huile afin de percer le mystère. Elle découvre alors le jeune homme le plus radieux qu'elle ait jamais vu. Mais une goutte d'huile brûlante tombe sur l'épaule du dieu endormi, qui se réveille aussitôt et s'enfuit, furieux d'avoir été trahi.

    Folle de chagrin et de remords, Psyché se jette dans une rivière. Mais la rivière, compatissante, la dépose sur la berge, où est assis le dieu Pan. Ce dernier conseille à Psyché de tout faire pour reconquérir l'amour de Cupidon. Alors la princesse part à la recherche de son amant. Elle erre de temple en temple, rencontrant Cérès et Junon, déesses qui refusent de l'aider dans sa quête. Enfin, elle parvient au palais de Vénus, qui la soumet à toutes sortes d'épreuves, comme une esclave :

    D'abord, elle doit trier, en une soirée, un énorme tas de grains de variétés différentes. Par bonheur, des fourmis, prises de pitié, l'aident à accomplir sa tâche, et le tas est trié à temps.

    Ensuite, elle est contrainte de rapporter à Vénus de la laine de moutons à la toison d'or, qui paissent dans un pré au-delà d'une dangereuse et profonde rivière. Un roseau, ému par l'infortune de la jeune femme, lui indique la marche à suivre.

    Puis elle doit rapporter de l'eau du Styx, puisée à même la source. Cette dernière se situe au sommet d'une haute montagne gardée par des dragons. Cette fois, c'est l'aigle de Jupiter (le roi des dieux) qui vient au secours de Psyché tandis qu'elle gravit la montagne. L'aigle va remplir une fiole avec de l'eau du Styx, et la remet à Psyché.

    Enfin, la jeune femme doit mettre dans une boîte une parcelle de la beauté de Proserpine, la reine des Enfers. Épuisée, Psyché est à nouveau tentée de mettre fin à ses jours. Elle est sur le point de se jeter du haut d'une tour quand, soudain, la tour commence à lui parler, la convainc de rester en vie et lui indique même comment réussir cette épreuve. Ainsi, elle parvient à récupérer une parcelle de la beauté de Proserpine. Mais sa curiosité la perd : pensant que la beauté de la déesse l'aidera à reconquérir Cupidon, Psyché ouvre la boîte et, aussitôt, plonge dans un profond sommeil, pareil à la mort.

    Entre-temps, Cupidon s'est échappé du palais de Vénus, qui l'y avait enfermé. Toujours épris de Psyché, il la ranime doucement avec la pointe d'une de ses flèches. Puis il l'emmène devant Jupiter en personne, qui convoque les dieux de l'Olympe (dont Vénus, enfin apaisée), et annonce publiquement le mariage de Cupidon et Psyché. Celle-ci est invitée à consommer l'ambroisie, ce qui lui confère l'immortalité. Le dieu et la nouvelle déesse sont alors unis en présence de tout le Panthéon, et un merveilleux banquet s'ensuit. Quelque temps plus tard, Psyché a une fille, nommée Volupté (Plaisir). L'amour (Cupidon) et l'âme (Psyché) sont ainsi réunis pour l'éternité." <- Toute ressemblance avec les contes pour enfants est purement volontaire.

    Ce mythe est tellement astrologique, qu'il vous dit tout sur les plutoniens, et vous donne de manière cryptée l'avenir de l'humanité. Les sexes sont voilés, l'apocalypse n'a pas eu lieu, sur la fameuse peinture.


  • Maitrises : Uranus, Mars nocturne, Nœud nord, Saturne.

    Exaltation de Neptune.

    Gouverné par Uranus et Mars nocturne, c'est le domicile de ceux qui réalisent l'avenir, comme le capricorne, mais contrairement à l'ordre neptunien, Uranus est l'astre du désordre, de la destruction, de la révolution, ils veulent éveiller le monde, grâce à l'exaltation de Neptune, à une autre réalité. Signe des utopies, de l'inconscient, la plupart ne réaliseront jamais leurs idéaux, et dégoutés du monde réel, ils préféreront fuir dans des paradis artificiels (réalité virtuelle, internet) ou des communautés à tendance New age. Ils sont en avance sur les autres, et ont l'impression de ne pas faire partie du même monde, beaucoup de surdoués sont de ce signe.

    Verseau (14 février - 15 mars)

    Le verseau est un archétype d'ange, car Uranus est un dieu qui s'est fait couper le sexe par la faux de Saturne. Verseau, signe des robots, ceux qui n'ont pas de sexe. Il était appelé autrefois par les sumériens le géant, indiquant la nature de nos créateurs, car n'oubliez pas que la 1ère ère de l'age d'or est l'ère du verseau, tout commence donc par un robot, et finit par un robot, puisque l'ère du verseau est justement celle du verseau. Le commencement est la fin, la fin est un commencement.

    Comme son nom l'indique, il verse de l'eau, les marques du déluge dont ont survécu les sumériens (déluge 11 raconté dans l'épopée de Gilgamesh) est justement marqué par de puissantes conjonctions en verseau. Mais en fait d'eau, il faut appeler un chat un chat, c'est du sperme dans la cruche. Le début du signe est marqué par le géant jusqu'au 17ème, et ensuite c'est la coulée du sperme divin, qui permet la création de la vie. Dans la mythologie hindoue, les dieux ont peur de mourir, ils décident de faire artificiellement du sperme divin, nommé amrita (a donné le mot amour, ce qui signifie aussi non-mort), pour contrer la mrita (a donné le mot mort). Celui qui a le sperme est immortel, ce pourquoi la mythologie dit que celui qui trouve le sperme de Vishnu dans le Gange acquiert l'immortalité. Les dieux et démons (asuras) parviennent à un accord, se mettant ensemble pour concevoir le liquide. Shiva accepte de boire du poison pour passer l’œuvre au noir saturnienne, et tout dégénère quand ils parviennent à remplir l'outre : les démons font la guerre aux dieux, et l'un des démons parvient à boire la cruche, avant de se faire couper la tête. Les dieux deviennent alors immortels dans la tête du démon, et les démons vont dans la queue. Chef (tête) devenu le nœud nord, queue devenue le nœud sud. Les "uraniens" sont les "dieux" du Nord, les "plutoniens" sont les "démons" du Sud. Le verseau, 1ère ère du cycle, est maitrisé par le Nord, et le poissons, la dernière ère actuelle, est justement maitrisé par le Sud.

    Vous le voyez donc, nos "dieux" ont accompli quelque chose de pas naturel, ils se sont rebellés contre la loi de mrita (mort) pour accéder à des dimensions dans lesquelles ils sont immortels. Le verseau est justement le signe des révolutionnaires, des anarchistes, de ceux qui veulent faire évoluer le monde. Citons le révolutionnaire Camille Desmoulins, l'anarchiste Proudhon, Victor Hugo et ses États-Unis d'Europe, ou Georges Washington, qui a permis la libération des USA.

    Second signe des montagnes et hauteurs avec le capricorne, alors que le signe précédent regarde en bas en voulant sauver le monde depuis son niveau élevé, le verseau lui regarde vers le ciel, il veut s'élever vers son domicile, celui des dieux du Nord. On trouve ainsi un tas d'astronomes, comme Copernic, Galilée, qui ont eu pour point commun de détruire un dogme religieux. Signe de l'athéisme, le grand Einstein a tué "Dieu" par une éclipse solaire, qui a prouvé sa théorie relativiste.

    Signe de Ganymède, l'homme violé par Zeus (il tape dans tous les trous, même ceux des enfants, le violeur Jupiter), c'est donc, vous l'avez compris, un signe naturellement homo, ou marqué par des tendances "différentes" : transsexualité, drag queen, amour à 3, échangisme, sexualité débridée, ceux qui n'aiment pas la norme ont pour capitale le cap d'Agde et surtout Auroville, capitale mondiale de la baise, tellement qu'il faut montrer un test HIV négatif de moins d'un mois pour pouvoir y entrer.

    Comme tous les autres signes nocturnes, c'est un signe dépressif, le natif se sait pas comme les autres, il a besoin de créer un monde semblable à sa nature. Ainsi Steve Jobs, créateur de l'Iphone et l'Ipad et l'Imac plutoniens, il a crée l'avenir, et les gens adorent. Michael Jackson, Lune en verseau, et Prince, ont montré l'avenir en musique. Michel-Ange a montré l'apocalypse dans son jugement dernier, et Léonard de Vinci a vu les avions et tout un tas de machines militaires. Martin Luther King a fait un rêve, et a montré la voie vers un monde sans racisme.

    Signe adversaire du "roi lion", il fait tomber l'ordre jovien, ce pourquoi Louis 16 a souffert dans un cycle verseau et de la part d'hommes verseau. Il est symbolisé par la mère, l'oracle de Matrix, quand le père, l'architecte de Matrix, est lui l'ordre. L'un et l'autre sont nécessaires au monde, comme le démontre la théorie du chaos, seul du chaos nait un nouvel ordre. Nos élites l'ont bien compris, avec leur devise "ordo ab chao" sur leur aigle utilisé comme symbole du 33ème degré FM, la mutation finale du scorpion en aigle, à l'image de la constellation de l'aigle en capricorne, ils veulent attendre les cieux divins.

    Signe du 11, celui des enfants, de la descendance, il s'oppose à la 5, celle du père et ses enfants, ici le fils s'oppose à son père. C'est la maison des gains, grâce à l'évolution que l'on a permis, mais cela passe par une destruction 11, ce pourquoi toutes les actions de l'élite, dans sa volonté de faire évoluer l'humanité, sont marqués soit par le 11, soit le 13, la mort/mrita à contrer.

    Verseau (14 février - 15 mars),


  • Le capricorne est le signe de la chute, celle d'une humanité antérieure. Rappel des mythes : Les dieux sont de gros branleurs, incapables de faire quoi que ce soit de leurs 10 doigts. Aussi avaient ils crée des serviteurs, mais ces derniers se sont rebellés, appel à la grève, et nos dieux le cul avachi ne veulent pas se lever, aussi décident ils de créer l'humanité, pour pallier aux serviteurs en grève. Création foirée, Enki notre créateur était ivre quand il nous crée, et il est incapable de réparer sa bourde, de rendre cette humanité (nous) intelligente et sensée.

    Au départ, tout va bien, mais l'humanité fait un tas d'enfants, et elle fait beaucoup de fêtes, que ce soit le jour et la nuit. A tel point que les dieux dans le ciel n'arrivent plus à dormir, tapage nocturne et personne pour agir. Excédés par le boucan, ils décident en conseil divin de la mise à mort de cette humanité ratée. Enki appréciait néanmoins sa création, il décide alors de prévenir le dernier humain ayant un début d'intelligence de créer une boite géante et s'y enfermer avec sa femme pendant 7 jours. Le déluge a lieu, Ziusudra et sa femme survivent, s'étant conformés aux avertissements d'Enki. Mais ce qui devait arriver arrive, et Enlil découvre le couple échoué sur une ile jaillie des flots. Reconnaissant leur sagesse, il décide de leur donner l'immortalité, leurs enfants mortels pourront repeupler la Terre, mais les parents devront rester sur une terre loin des humains. Le prix de l'immortalité, en quelque sorte. Le cout symbolique pour Enki se verra dans les mythes babyloniens, qui en font un 1er "Satan", déifiant Enlil et faisant vivre le pauvre Enki dans les profondeurs, l'assimilant au noir Saturne.

    Ce sacrifice et une victoire pour un des humains symbolise bien l'exaltation de Mars en fin capricorne, seul un couple (un, marque de Mars) survit après un sacrifice sanglant, et accède à l'immortalité neptunienne, le statut "divin", avec le passage en verseau et l'exaltation de Neptune. Il n'est pas étonnant que la majorité des saintes qui voyaient des apocalypses ont leur Soleil et/ou leur Lune sur ce secteur, celui des sages avertis, qui essaient de prévenir. De cet ordre capricorne divin nait un désordre humain réglé avec l'exaltation martiale, nait un nouvel ordre avec l'exaltation neptunienne. Le chaos mène à l'ordre, et l'ordre mène au chaos, les 2 signes sont ainsi inverses, capricorne ordre et verseau chaos, ainsi les enfants du couple immortel, séparés de leurs parents, finissent par oublier et retomber dans leurs travers, se rebellent à l'image des serviteurs divins.

    La rébellion des enfants est marquée à l'entrée verseau par la peur de la mort (les enfants n'étant pas immortels comme leurs parents), l'humanité désire dépasser d'abord cette mort biologique, puis la mort de l'univers, les 2 peurs communes à toutes les civilisations et cultures. Ce n'est pas un hasard si le robonaute envoyé dans l'ISS a une puissante conjonction martiale sur l'exaltation de l'astre royal. Ce secteur verseau, signe du ciel, de l'espace, contient la jarre de sperme divin d'immortalité amrita, il faut soit la voler, soit créer de l'amrita soi même, à la manière des dieux hindous, nés mortels du sperme primordial, flipper de mourir pousse les dieux et démons à s'allier pour concevoir artificiellement la boisson d'immortalité. Tout comme les élites, derrière les guerres de face, s'entendent pour bosser sur les robots, sur l'IA, sur l'ISS et les missions scientifiques réalisées au sein de la station. Nous sommes des dieux en devenir, cherchant à atteindre le ciel, et pour cela, ça passe par la technologie, le robot, les fusées, l'IA, pour que quelque chose échappe au châtiment programmé dans le ciel et les cycles. Grace aux conseils de l'immortel Utnapistim, Gilgamesh, qui avait peur de mourir comme son ami/frère Enkidu, pour avoir aidé à tuer le gardien de la foret des dieux et le taureau des dieux, peut trouver la plante d'immortalité. Pour la perdre ensuite, et devoir mourir en poissons, mais il reste vivant au travers d'une nouvelle génération, ses enfants.

    Du capricorne au verseau


  • Maitrises : Neptune, Mercure, Saturne.

    Exaltation de Mars. Exil de Jupiter.

    Le 10ème signe constitue le "milieu du ciel". Comprenez le sommet de la vie, celui ou nous sommes sensés avoir accompli nos projets. Après avoir atteint le sommet, vous l'avez compris, il faut redescendre, cela se fait en signes 11 verseau et 12 poissons. Dans un temps ou l'espérance de vie était faible, le retour de Saturne au natal à 29 ans constituait une espérance de vie "normale", le sommet et la chute venaient bien plus vite. Mais avec le temps saturnien et les avancées médicales (jusqu'à la limite du demi-cycle plutonien, 123 ans), les gens ont vieilli et Saturne pris de plus en plus un archétype "vieux". Surtout quand les grecs et romains décidèrent de faire "Dieu" de Jupiter, il fallait dévaloriser l'archétype divin de Saturne.

    Le sommet est incarné par Neptune, l'astre de la royauté, du champs des idées, qu'on appelle aussi inconscient collectif, noosphère. Le natif est ainsi "éveillé" à ces fausses idées, et en bon messager mercurien, il les transmet en espérant que cela éveillera, fera changer le cours des choses. Qu'entends je par faux ? Car Mercure, astre de la mutabilité, change cette énergie, selon le caractère de la personne. La conjonction Neptune+Mercure est ainsi, dans un thème, la marque de la mythomanie (comme chez Sitchin, Neil Armstrong).

    Ce signe a été symbolisé par l'immortel Ziusudra (celui dont les jours sont prolongés) qui dans la tablette 10 de Gilgamesh raconte comment il a survécu au précédent déluge grâce à l'avertissement d'Enki, symbole de Mercure pour les sumériens, de Saturne (confondus avec Neptune, planète non connue). Ainsi, la personne prévient de ce qui arrive, et comme Cassandre, peu de gens la croient. Cette absence de crédibilité marque la fatalité que connaissent un bon nombre de capricornes. Ils voient ce qui vient, mais ne l'acceptent pas, transmettent et ne voient pas de changement, ce qui en fait un signe profondément dépressif, mais moins que les poissons.

    Signe de l'ordre neptunien (opposé au verseau, signe du désordre), masculin et "père" (Saturne en commun avec le sagittaire), le natif a envie que le monde change conformément à son ordre personnel, qu'il juge divin, idéal, et beaucoup auront ainsi la fâcheuse tendance de se prendre pour "Dieu" (à cause de Mars exaltée). Ils veulent tellement changer le monde, qu'ils vont parler (Mercure) dans ce but. Cela donne Sarkozy persuadé qu'il allait débarrasser les cités des racailles (quelle erreur de casting, embauché par l'élite comme un faux verseau bordélique, il a bien moins détruit la France qu'Hollande). Cela produit Tapie, qui disait à la télé comment gagner de l'argent (Mercure, astre financier) dans "réussir sa vie". Ces 2 natifs, vous l'avez remarqué, ont la particularité d'avoir subi ou subir encore des procès.

    Car quand le capricorne atteint les sommets, il doit chuter. Sarkozy lâché pour avoir évité le bordel en 2008, en votant le chèque de 300 milliards. Que dire de Jeb Bush, propulsé favori avant que Rockefeller balance son pote Trump. Que dire de Dieudonné, au succès fulgurant avant de l'ouvrir trop sur les juifs et de subir la vengeance de Valls via la justice, Soleil en cancer opposé au sien. Que dire de J.J. Goldman, personnalité préférée des français jusqu'à sa catastrophique chanson "toute la vie".

    Signe du squelette saturnien, nous touchons à la structure du corps, ce qui le soutient, sans qui le reste du corps n'est rien. Il est aussi marqué par les drogues d'éveil, comme l'ayahuasca, le cannabis, tout ce qui vous rapproche de l'ordre divin. On trouve un nombre impressionnant de fumeurs et d'alcooliques dans cette constellation, ainsi les sumériens ne se sont pas trompés quand ils figurent Enki, le créateur capricorne de notre humanité, qui le fait tout en étant ivre, ainsi il nous foire.

    Signe d'exaltation de Mars, atteindre les sommets passe hélas par des sacrifices : divorcer, renoncer à sa vie privée, déménager dans un lieu qui ne plait pas, perdre ses amis, accepter des clauses abusives, etc. Un bon nombre de voyantes évoquées sur le blog ont leur Soleil ou Lune exaltée de Mars. Mercure étant la planète d'une vision, et de la communication de cette vision, on a énormément de médiums chez le poisson-chèvre.

    Alors que les gémeaux et surtout le bélier sont mercuriens et surtout martiaux diurnes, le capricorne est mercurien et martial nocturne, alors que le bélier s'élève vers le Soleil, montre trop haut et chute, le nocturne lui est en haut, il va tomber, et il appréhende la chute. Ce n'est pas pour rien si l'aigle est dans ce signe, c'est l'envoyé noir, saturnien, qui apporte les mauvaises nouvelles, mais lui survivra, il ira bien au delà de la chute de l'humanité, car il représente la mutation à venir. Ce pourquoi l'influence de Mercure va au delà, dans le verseau robot uranien.

    La maison 10, ou X, marque le sommet de la carrière, des projets de vie. Les hindous l'appellent le fameux karma (activité dans le monde), et elle s'oppose donc à la 9, celle du dharma. Ils l’appellent aussi jaya, la victoire (on atteint les sommets martiaux, après des sacrifices, dans tous les sens du terme, ex notre élite noire qui sacrifie des millions de gens dans ses fausses guerres et false flags). C'est la maison la plus importante du thème. Arrêtez avec l'ascendant/maison 1, qui n'est que l'ego, car la maison qui va décider de votre vie, c'est la 10, chiffre de "Dieu", du 1 et 0. Tous les organes sidéralistes adorent ce chiffre, il suffit de voir Mac OS X, Windows X, Google X, Space X.

    Capricorne (15 janvier - 14 février)

    On trouve avec cette tablette une bonne représentation du sommet du ciel X en haut, jusqu'au fond du trou cancer, en bas. Neptune/Enki est en haut, alors que Nabu (Mercure) et Marduk (Jupiter) sont bien plus bas.

    Capricorne (15 janvier - 14 février)


  • Les mythes concernant le passage de ces 2 signes ont été conçus à une époque dans laquelle le Soleil entrait en capricorne au solstice d'hiver, ce qui correspondait à l'exaltation du nœud Sud, l'entrée dans 3 signes par nature démoniaques, ceux des "dieux anciens", primordiaux, le capricorne neptunien, le verseau uranien et enfin les poissons plutoniens. Ce pourquoi ils sont mal aimés depuis l'antiquité, assimilés aux signes d'hiver. Le solstice symbolise la saturnale, le retour de dieux cachés, chassés, qui veulent reprendre le pouvoir.

    Pour les babyloniens, Tiamat chassée est toujours en vie, elle n'est que coupée en morceaux, et elle doit renaitre dans le futur, pour être tuée encore, et renaitre de nouveau, de manière éternelle. Tiamat est bien évidement une allégorie du cycle annuel. Sans retour des dieux anciens, de "maman" et "papa" tués "provisoirement" par les signes de lumière, joviens, pas d'enfants bélier, de nouvelle génération, celle des dieux "nouveaux", Mercure et Saturne+Jupiter et Vénus+Mars. En résumé, Mars est la version jeune de Jupiter, la maturité, dont Neptune est la libération, par la sagesse de l'éveil final, quand Vénus est la version jeune de Saturne, qui est la maternité puis la vieillesse dont Uranus est l'évolution finale, le bordel pour mener à l'ordre libérateur. Ces astres réglant les cycles de vie sont donc tous des marques temporelles, et le temps est Saturne, central et ainsi détesté, changé en Satan, en mal, le temps qui passe c'est pas bien, il nous rapproche de la mort.

    Chez les égyptiens, Osiris coupé en morceaux attend sa résurrection, une fois que le sexe perdu sera retrouvé, et c'est la Vénus nocturne, Nephtys, qui garde le tombeau. Comme Dyonisos attend l'enlèvement du voile, l'apocalypse, pour retrouver son sexe et initier les femmes (voir les rites d'initiation aux mystères de Dyonisos), je rappelle que Jupiter n'initie pas autrement à la vérité, en violant. Les mystères d'Isis marquent aussi l'union sexuelle, le profane a montré sa valeur par des épreuves initiatiques, et a finalement le droit d'enlever le voile cachant Isis nue, il devient son amant, a accès à la vérité par le sexe. "P'tain d'obsédé" dites vous, mais ce n'est pas moi qui ait écrit les mythes, et vous n'avez encore rien vu niveau mythes, comme celui du scorpion -> sagittaire.

    Le passage du sagittaire au capricorne se caractérise par la constellation de l'aigle, certains s'élèvent au rang de "dieux" et accèdent au capricorne, signe du sommet de la montagne, qui était déjà occupé, et comme il n'y a pas de place pour 2, les forces joviennes doivent chuter (signe d'exil). Ce principe est inverse de celui du solstice d'été, quand les dieux nouveaux avaient pris le pas sur leurs formes dépassées (Mars, Vénus, Mercure), et Jupiter accède au sommet divin en tuant Mars (le passage de l'adolescence à l'age adulte, vous aviez saisi) et en maitrisant symboliquement sa mère, il se croit plus fort que le temps, mais personne n'est plus fort que Saturne, qui n'est que chassée provisoirement, qui tue sera tué, qui prend le pouvoir jovien ne l'aura que momentanément. Les grecs ont appelé cette bataille finale des signes d'hiver la gigantomachie, dans laquelle la mère Gaïa (comme Tiamat et Uranus) revient et conçoit de nouveaux géants/titans, invisibles aux yeux des humains et immortels à leurs coups, libère les titans enfermés. Cette guerre finit mal, je le rappelle, Zeus est trahi par son épouse Héra, surement énervée d'avoir été trompée des centaines de fois, que ce soit avec des femmes humaines ou ses propres filles, elle demande à ses parents (les dieux anciens) de lui faire naitre un enfant contre nature, le fameux Typhon, qui achève tous les dieux, il faut l'aide de Mercure, le 1er des dieux "nouveaux", pour faire emporter une nouvelle génération (retour de Mars, de Vénus au pouvoir dans le bélier puis taureau, qui s'unissent dans le gémeaux, avant les 2 signes de maturité joviens, cancer et lion, qui aboutissent au crime en trop en vierge, et l'éternel retour, cyclique et annuel).

    Ce panthéon divin jovien assailli par les anciens dieux chassés précédemment, saturniens, marque tous les mythes, que ce soit le ragnarok, la bataille finale entre dieux et démons, dans laquelle tous les dieux anciens meurent, les fils de Thor (nouveaux) reconstruisent la Terre, et quasi toute l'humanité périt, sauf un couple, qui peut repeupler la Terre (tout rapport avec le couple qui survit au déluge pour les sumériens et ultérieurs est bien sur évident). Dans la mythologie romaine, Saturne est chassé des cieux par Jupiter, et part se cacher dans l'Etna, attendant son heure saturnienne pour surgir et renverser le maitre bidon jovien. C'est ainsi que les romains célébraient chaque année ce surgissement de Saturne par les saturnales, du 17 au 24 décembre, d'abord les fêtes annonçant le retour de Saturne au solstice d'hiver, préparaient ce changement, puis les fêtes louant Saturne, redevenu "Dieu" Soleil (le Soleil se fige 3 jours chaque année dans le ciel, du solstice au 24 décembre). Pendant ces journées, les esclaves devenaient les maitres, et les maitres devenaient esclaves, pour symboliser dans la société ce renversement céleste. Les romains ont ensuite inventé une célébration de reprise de la course du Soleil le 25 décembre, le Sol invictus (Soleil invaincu) qui est bien sur Saturne, qui maitrise pour l'antiquité le capricorne dans lequel le Soleil entrait au solstice. Ce Sol invictus saturnien sera ensuite ritualisé chaque semaine par la loi du 7 mars 321, instaurant le jour du Soleil, le fameux dimanche, comme jour de repos (on respecte encore ce code justinien pour 90% des français).

    Il est assez comique que les 1ers empereurs romains chrétiens aient décidé de fixer la naissance de Jésus symboliquement au 25 décembre, jour du Sol invictus saturnien, Jésus = Saturne, donc Satan. Mais l'idée est cohérente avec le mythe apocalyptique, après l'enlèvement du voile cachant le sexe perdu, Jésus revient (jéééééééééééésus revient parmi les tiens, au nom de la croiiiiiiiiiiiiiixx...) sous forme éthérique pour faire le ménage (il revient et il est pas content, ça va chiiiiiiiiiiiiiiiiiiier), renverser les faux dieux et fausses religions joviennes. La vocation de ce Jésus de la fin des temps (temps = Saturne) est bien sur conforme au Soleil noir saturnien. Je rappelle que la saturnale telle qu'annoncée dans le nouveau testament est vraiment ignoble, il dit que les derniers seront les premiers et survivront, sauf que pour être dans ces derniers, il faudra accepter de tout abandonner, que ce soit ses possessions mais aussi sa femme, ses enfants (sympa le mec). Vous voyez, comme j'aime ma femme et mes filles, son abandon pour survivre, peut se le mettre dans le fion. Si survivre implique de perdre le peu d'humanité et d'amour qui nous reste, alors plutôt mourir, pour ma part. J'ai déjà dit suffisamment sur le blog que l'avenir était aux transexuels, aux femmes à bite, aux hommes à chatte (greffes), aux hommes enceints (la 1ère femme transexuelle enceinte va accoucher bientôt, ce qui annonce de belles années dans le bordel saturnien de renversement des valeurs traditionnelles de la famille) qui ouvriront la voie aux asexués, incapables de bander, de faire des enfants (merci la radioactivité et les perturbateurs endocriniens), ce qui obligera à l'humanité à passer dans le cyborg, mi homme mi IA+technologie. Le capricorne étant le signe du squelette qui reprend vie, on ne fait que redonner vie à des énergies passées, chemin initié par le sagittaire, mais cela c'est un autre article.

    Du sagittaire au capricorne


  • Maitrises : Saturne et Uranus

    Exaltation du nœud Sud. Exil du Nord et de Pluton.

    Saturnien, le signe du sperme, de la jouissance est très lié au scorpion, archétype du phallus, dont le sagittaire a la queue. Mais la queue de l'archer n'est pas en scorpion, elle est en début capricorne, indiquant la volonté "scorpion" de muter en aigle, constellation du sommet. Il vise avec sa flèche, encore une image du sexe, le centre galactique, en début sagittaire, marquant le lieu d’où est venu la vie. Pour toutes les anciennes civilisations, "Dieu" était un phallus, qui a crée la vie par son sperme. Shiva linga-yoni (phallus et vagin), représenté par un sexe en érection, jouit, et de ce sperme est auto-crée Brahma ainsi que Vishnu. Seuls les bhoutanais vénèrent encore la plus ancienne icône de "Dieu", qui était Saturne, avant que "Satan la bite", elle fut voilée, comme dans le mythe d'Adam et Eve, leur première action après avoir mangé la pomme de la connaissance (en fait oubli) est de cacher leur sexe (cacher la vérité, vivement l'apocalypse). La "voie lactée", visible dans cette zone (et dans le ciel pour ceux qui ne vivent pas en zone polluée), c'est un nom assez explicite pour la trainée de sperme céleste, mais aussi la voie de retour à la maison, là d’où nous venons.

    Chute de Lune, c'est le retour aux origines, au karma de l'humanité. C'est le signe par excellence de Saturne, l'astre du temps, et comme personne n'est plus fort que le temps saturnien, il fut bien vite mal aimé. Ainsi, le phallus Shiva linga-yoni fut remplacé par les envahisseurs aryens par Shiva destructeur scorpion, au même niveau que Vishnu le constructeur et Brahma l'équilibre. Chez les grecs, le temps saturnien Cronos est chassé par un coup d'état de Zeus/Jupiter, car le temps mangeant tout le monde, y compris les "dieux", fils de Cronos, ils avaient peur de mourir. En tablette 9 de l'épopée, c'est justement parce qu'il a peur de mourir que Gilgamesh entame un voyage pour rencontrer l'immortel en tablette 10. De même, chez les romains, Jupiter chasse Saturne, qui fuit en Italie, attendant son heure pour provoquer un renversement nommé "saturnale". En Grèce aussi, les titans, anciens dieux saturniens, attendent leur heure pour la bataille finale dont 100% des dieux et titans périront, comme dans le mythe nordique du Ragnarok. Ce processus avait commencé chez les babyloniens, qui n'aimaient pas Enki, qui symbolisait la royauté, assimilé faussement à Saturne (ils ne connaissaient pas Neptune, vrai roi), et l'ont fait chuter au profit d'Enlil, ce cher Jupiter fan des coups d'état. Le résultat de ces mythes idéologiques, hérités de l'ère du taureau, d'essence jovienne, fut le changement de maitrise du sagittaire de Saturne à Jupiter, "Dieu" devenu provisoirement Jupiter, alors qu'il a toujours été Neptune, confondu avec Saturne.

    Signe adversaire par essence, et donc de tous les autres (si vous avez un autre signe luni-solaire, vous aurez un autre signe ami), il se met un paquet de signes à dos, à cause de la chute de Mars et de Mercure, sa parole n'est pas appréciée, il a du mal à gagner une victoire. Dans les saturniens, on doit citer comme jouisseur ce cher Depardieu, qui n'a jamais sa langue dans sa poche pour critiquer, attaquer factuellement. Nostradamus ne put que prophétiser la saturnale, par la nature de ce signe.

    Cette constellation est aussi celle des pannes sexuelles, de l'incapacité de jouir, quand le natif a Saturne en sagittaire, comme Louis 16, Kant, ou encore notre fameux Conchita Wurts. Et il est devenu le signe "démoniaque", par la présence de l'exaltation du Sud, qui incarne pour l'élite noire des trolls le faux capricorne (attentats du 11 septembre marqués par Mars+Sud exalté Sud).

    Signe uranien, révolutionnaire, du guerrier tueur, on trouve naturellement des natifs tels Staline, l’icône chassée du mausolée sacrée avec un retour de Saturne, astre des os, sur Saturne natal. Mais le tour de Lénine, Saturne en sagittaire, ne saura tarder. Le Lune en sagittaire Hitler fut un sacré tueur "adversaire". Plus près de nous, nos hommes politiques français, adversaires du peuple et destructeurs de la France ont pour beaucoup la Lune en sagittaire, ex Hollande, Valls, Cambadélis, et ils cumulent souvent hélas avec le Cancer en solaire, devenu signe de pouvoir par la confusion des tropicalistes, qui prennent des cancers pour des lions, et donc des sagittaires pour des capricornes, signe du sommet. Qu'est ce qui se passe quand on pense met des faux lions et faux capricornes au sommet ? On met des adversaires de l'humanité ou des faibles mous.

    Les révolutions de 1988-1991, marquées par Saturne et Uranus en sagittaire, ont bien symbolisé le renversement que ces astres permet, l'URSS a chuté, la Russie rebelle est retombée dans le giron du NOM provisoirement, avec Eltsine. La Russie, état saturnien faux lion et hélas vrai cancer plutonien, ne pouvait qu’être sensible à un tel cycle. Le prochain cycle saturnien en sagittaire concernera un autre état saturnien, l'Italie.

    Comme cas de révolutionnaire idéaliste rêveur, comment ne pas citer Chouard, qui croit encore qu'on peut soumettre autrement que par la force un système de constituante avec tirage au sort. Cette révolution par le robot uranien arrivera, en 2259, on a le temps saturnien.

    Signe du 9, qui rime avec œuf, c'est donc le signe de la source, du père et de la loi originelle nommée dharma. Si les gémeaux sont le signe de l’émission d'informations, le 9 est la réception de ces infos. Ainsi dans la Baghavad Gita, l'archer sagittaire Arjuna refuse de tirer la flèche de Shiva, aussi Krishna lui donne un cours sur le dharma, le fait qu'il soit obligé de tirer. Comme l'autre refuse, il recours au polymorphisme (classique chez les PAN) pour effrayer l'archer, et le pousser à tirer (un coup ?).Vous reporter à l'article du scorpion au sagittaire pour cette histoire.

    Sagittaire (16 décembre - 15 janvier)





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique