• Maitrises : Lune (Castor) - Mars diurne (secteur Orion et Pollux) - Mercure (gémeaux).

    Exaltation : Pluton (Pollux) - Nœud nord. Exil Sud.

    1er des signes doubles (avec la balance et les poissons), ce signe est ami avec les signes martiaux bélier-lion, et surtout ami "avec lui même", car le natif est 2 en 1. Il est ennemis des signes vénusiens taureau-cancer-vierge, et particulièrement du sagittaire, le gémeaux étant le signe de l'émission, opposé au sagittaire, celui de la réception.

    Signe du frère/sœur, le natif est attaché à un jumeau (famille, ami) ou à une double personnalité, dans le sens ou il montre seulement ce qu'il veut montrer de lui-même, c'est le principe du "persona", qui signifie masque.

    Signe du secret, il faut le voir comme la Lune : elle a une face visible, toujours la même, et une face cachée, toujours la même. Lune double, gémeaux double, le natif aura tendance donc à chercher le secret, ce qui se cache derrière le masque.

    Signe martial diurne, l'ego qui veut s'améliorer, le conflit du natif est avec lui même, il n'aime pas une partie de sa personnalité, donc il la cache, il veut la faire muter, ce signe étant mercurien, il veut donc mourir à lui-même pour renaitre autrement. Ce pourquoi les sociétés initiatiques comme la franc-maçonnerie sont en grande partie de ce signe.

    L'image de la constellation conservée est celle de Castor et Pollux : nés de la même mère, mais pas du même père, Castor sort de l’œuf de Tyndare, un mortel, et Pollux sort de l’œuf de Zeus, immortel. Les 2 sont des chasseurs d'animaux (Orion, en début de signe, leur donne ce caractère), et c'est lors d'une chasse que Castor est tué (meurtre symbolique du karma) et va en enfer. Son frère Pollux, qui souffre (Mars), accepte de sacrifier la moitié de son immortalité pour passer 1 jour sur 2 avec son frère, l'un au paradis et l'autre en enfer.

    Cette image de 2 frères, on la retrouve chez les babyloniens : Kingu (Lune) et Marduk (Mars) sont fils de Tiamat, l'hydre femelle en cancer. Marduk tue Kingu pour faire l'humanité avec son sang, et il tue sa mère pour faire les planètes, ce pourquoi le lieu du crime, l'exaltation de Jupiter, correspond à l'hydre femelle, "maman" est tuée. Pollux est l'exaltation de Pluton, celui qui tue, qui commet le méfait suprême. Tout comme chez les sumériens, Gaga (Pluton) est créée par Ausar (Saturne) pour détruire Mulge, l'astre des dieux (actuel Cérès), avant d’être expulsée aux confins de l'univers. Les énergies de Pluton sont proches de la Lune, de Mars et de Jupiter, quand on fait des thèmes (et vous les verrez souvent ensemble sur le blog). Je ne sors pas cette exaltation de mon chapeau, mais j'ai des dizaines de faits pour le prouver. Le secteur de la mère Tiamat en cancer est plutonien, le secret utilisé pour le mal/bien, ce pourquoi je l'ai ajouté dans les maitrises du cancer. 2 signes liés par le rapport Mère et les 2 enfants (que Pollux coupe).

    Cela n'a pas toujours été 2 frères, chez les égyptiens, il y a Thot et Seshat, 2 scribes frère/sœur symbolisant la communication, l'émission, la transmission de connaissance, que ce soit à l'oral (Orion est commun avec le taureau) ou par écrit. Les scribes sont ainsi le plus ancien et le plus respecté de ces métiers d'émission. Les professeurs, les conférenciers, partagent cela avec le lion martial, mais avec des variantes. Nos "merdias" sont la forme ultime de cette émission de ce signe des ondes, de l’électricité, des messagers, des voyages, des changements, de la mutabilité. Ce n'est pas pour rien si Tesla, qui a initié l'idée d'énergie libre était Castor, et que de grands menteurs sont Pollux (comme Rocancourt le roi des mythomanes, Grimault et les pseudos terrestres extras bâtisseurs de pyramides).

    Antoine de Saint-Exupéry, messager, était lié astralement aux avions, et à l'émission d'un message crypté dans le "Petit prince", livre gémeaux lunaire par excellence. Signe des agences, des frères, on retrouve des sectaires comme Tom Cruise, des informateurs comme Snowden, et surtout des désinformateurs, vendeurs de propagande officielle.

    Nabu, archétype de Mercure, était l'archétype le plus ancien de Mercure et de ce signe. Il est devenu Mercure, celui qui vole le caducée de Saturne et espère dompter les serpents enroulés autour du bâton. Grâce à lui, il espère se soigner, ou soigner l'humanité (fuite classique, on transfère nos défauts sur les autres) ce pourquoi cet astre/signe marque l’œuvre au blanc, phase alchimique.

    La maison 3, celle de la communication, des frères, n'est que l'extension de ce signe. Comment j'émets, comment j'ai le pouvoir de transmettre mes informations, c'est décidé par cette maison.

    Gémeaux (15 juin - 17 juillet)


  • En cherchant les titres de film en "taureau", je suis tombé sur des faits astro-logiques :

    Taureau, oh la vache ?

    Taureau, oh la vache ?

    "Taureau" est un film qui décrit la nature astrale de ce signe, sa fonction. On retrouve les maitrises du signe, Jupiter et Vénus, avec la Lune, qui est exaltée en taureau. Pourquoi ce "taureau" est en capricorne ? Car, puisqu'il est jovien, il est mort, il s'est fait "sacrifier", le ciel nous indique là ou cette chère Tiamat se trouve, dans le signe du squelette, des os, elle vit toujours, cachée, en nous. Je viens d'employer le masculin puis le féminin, hé oui car cet égrégore était d'abord une vache, que ce soit la Mère divine Dyaus, la mère Ki (Terre) changée ensuite en Tiamat. Ce n'est qu'avec les grecs qu'apparaissent le sacrifice d'un taureau et non plus d'une vache.

    Taureau, oh la vache ?

    Le titre de ce film est génial, car les énergies de ce thème se retrouvent dedans, nous avons une vénusienne Soleil+Vénus opposée Mars, le martien, la pauvre vache vénusienne est face à son tueur masculin, c'est ballot la vie. Lune encore dans ce secteur de l'aigle, tiens donc, il faut ainsi, dit le ciel, en passer par ce sacrifice pour "muter" ? Je dis ça...

    Taureau, oh la vache ?

    La chanson "elle est vénusienne", on retrouve la nature d'image de la mort jovienne, sacrificielle, la vénusienne va passer un sale quart d'heure, cette fois Lune sur Soleil en fin capricorne, l'exaltation martiale, le sang, la guerre, l'homme.

    Taureau, oh la vache ?

    Vénus taureau, tiens donc, la vénusienne est en signe des projections reflets d'une personne, que ce soit sa maison, les objets qu'il possède, ils sont une extension de lui, de son miroir.

    Taureau, oh la vache ?

    Et ses reflets, il les aime ! De manière triste, le ciel nous indique que l'amour pousse au sacrifice, à la mort, ou qu'on aime ce qu'on a perdu, plus les morts que les vivants.

    Taureau, oh la vache ?

    L'objet perdu est ainsi Jupiter+Vénus, ce qui a été sacrifié, ce cher taureau, en signe du phallus scorpion, c'est assez clair de comprendre que le mythe de la perte du sexe divin est astro-logique.

    Taureau, oh la vache ?

    Les taureaux les aiment, les objets, c'est son signe. Du coup, cet aspect de "love objet" étant le même que l'aspect "amour", vous pouvez saisir que pour le ciel, aimer une personne, une vénusienne, ou un objet, c'est identique pour un homme martial. Bien des natifs taureau sont artistes, ils cumulent objets et œuvres d'art reflet de leur mental, et vous vous doutez, la femme n'est bien souvent qu'un objet de plus dans la maison. Merci de regarder votre thème natal avant de venir m'insulter "je suis taureau et je suis pas comme cela", car heureusement nous avons bien souvent (sauf pour les natifs de nouvelle Lune) un autre signe, des conjonctions et maisons natales qui contrent l'aspect général du signe.

    Taureau, oh la vache ?

    Moi objet, Soleil en signe du moi bélier, avec Vénus, l'objet n'est bien qu'un reflet de l'égo. Lune exaltation Mercure, ce qu'on voit, ce qu'on touche, ce qu'on entend, etc. Ce sujet de l'objet est vaste, on aura l'occasion d'en reparler. Et du coup la pauvre vénusienne est considérée comme un objet. Oh la vache, sacré destin...

    Taureau, oh la vache ?

    La "femme objet" est jovienne taureau sacrificiel, sauf que, heureusement pour vous les femmes, c'est l'aspect de la mort tout autant que la vie, d'ailleurs mots féminins, il y a une justice, un renversement. Le martial Enkidu, pour avoir tué le taureau céleste, est condamné à mort par Vénus/Ishtar, dont il avait refusé le mariage. Les femmes, un vaste sujet, ici nous avons déjà vu que le taureau aurait du plutôt être nommé vache, la mère divine (sacrifiée en début de signe, Persée coupe la tete de la Gorgone), un signe féminin vénusien.

    Taureau, oh la vache ?

    A Wall Street, les architectes ne s'y sont pas trompés, ils ont ajouté une "fille espiègle" devant le fameux taureau (installé illégalement par un artiste pendant la nuit, son succès avec les touristes lui a évité d'être retiré). Saturne sur Soleil de la statue jovienne et saturnienne, la petite fille, cette prochaine génération, s'apprête à renverser le taureau. Cette fillette verseau, signe des enfants, est neptunienne, marque de libération, de liberté, le message est clair, nos enfants vont renverser notre société, leurs parents...


  • Un aspect très intéressant des maisons zodiacales est celui des secteurs dérivés. Ce qui veut dire ? Comptez de 2 à 12 à partir d'une maison donnée, et vous allez voir comme le thème natal est d'une monstrueuse précision :

    - La 5ème de la 3 : Maison 5, les enfants + Maison 3, les frères/sœurs = les enfants de vos frères/sœurs = vos neveux /nièces, gouvernés donc par la maison 7 (3-4-5-6-7).

    - La 4ème de 3 : Maison 4, la mère + Maison 3, les frères/sœurs = les frères/sœurs de votre mère, donc vos oncles/tantes, gouvernés par la maison 6 (3-4-5-6).

    - La 12ème de 8 : Maison 12, la perte + Maison 8, le souffle de vie = la perte du souffle de vie, gouverné par la maison 7, traditionnellement celle du lieu de la mort (8-9-10-11-12-1-2-3-4-5-6-7)

    - La 11ème de 5 : Maison 11, le gain + Maison 5, les enfants = les réussites des enfants, gouverné par la maison 3 (5-6-7-8-9-10-11-12-1-2-3)

    - La 12ème de 2 : Maison 12, la perte + Maison 2, les possessions = la perte de ce que l'on possède est dans la maison 1 (foutu égo).

    - 12ème de 5 : Maison 12 perte + 5 enfants = la perte des enfants se fait dans la maison 4, quand il fonde sa propre famille (cancer).

    - 12ème de 1 : Perte + 1, l'égo = la perte de l'ego se fait dans la maison 12, le sacrifice de soi.

    Cela marche aussi avec les signes :

    - Le signe royal pour l'initiation/transmission sera la balance, qui est solaire. Ce qui fait que beaucoup de balance sont des initiés sidéraux et chanceux, avec un destin bien meilleur que celui des gémeaux (Bill Gates et une grande partie des patrons américains comme Zuckerberg et feu-steve Jobs ou Bettencourt sont/étaient balance).

    - Le signe gémeaux du cancer est la vierge : La vierge Marie est donc logiquement la mère mythologique, puisque liée au cancer (mère), et au gémeaux par Mercure.

    - La fin du scorpion (12 de 8) est la balance, qui est justement les pinces du scorpion, et ce signe juge, tue, condamne, arbitre.

    - Celui qui renverse (verseau 11) le Lion solaire (5), c'est le gémeaux, ce qui explique pourquoi c'est le signe des FM qui ont renversé rois et servitudes. C'est par le gémeaux que le verseau fait chuter le lion.

    - La perte (poissons 12) du taureau (2), c'est le bélier, ce pourquoi Ishtar tue Enkidu, il n'a pas voulu d'elle (Mars ne veut pas de Vénus)

    - La perte de la royauté (12 de 5), c'est le cancer, et la révolution française a fait chuter la royauté lion (Louis 16 était lion) avec une puissante conjonction Uranus+Jupiter+Vénus en...cancer.

    - L'échec du bélier martial (12 de 1), c'est le poissons, qui fait que le guerrier se sacrifie très souvent, il finit par anéantir son ego surdimensionné.

    Ce ne sont que quelques exemples...amusez vous à regarder les secteurs dérivés de vos signes et maisons, vous retrouverez votre famille, vos amis, vos ennemis, cela expliquera les pertes (12), les gains (11) de votre vie, et tant d'autres choses...

    Signes et maisons dérivés


  • Le passage de la vierge au serpent est marquée par la renaissance du mal saturnien :

    Chez les sumériens, l'homme martial a refusé le mariage à la femme vénusienne, en fin vierge, et a tué le taureau. Il s'était ensuit la convocation des planètes/dieux, dans le secteur solaire balance, et c'est à l'exaltation saturnienne qu'est prononcée la sentence : mort de l'homme, et ainsi par extension de l'humanité, au terme d'un compte à rebours saturnien, qui mène à la vieillesse et la mort. Face à cela, Enkidu/Mars n'a qu'une réponse, il passe son temps à coucher avec des femmes, faire des enfants est la seule solution pour rester en vie, en transmettant son sang martial/ADN.

    De la balance au scorpion

    Pour les dieux et démons hindous, la peur de la mort les avait poussé à concevoir du sperme divin amrita, afin de transcender la mort, et ils arrivent à concevoir le liquide après un travail alchimique. Seulement c'est le serpent démon Rahu qui boit le contenu de l'outre à sperme verseau (ce signe ne verse pas de l'eau) et devient ainsi immortel. Les dieux lui coupent alors la tête, décidant d'habiter dans sa tete (Mars) pendant que les démons décident d'habiter dans le reste de son corps. Résultat, les puissances sont divisées entre dieux qui n'ont plus leur sexe, tels Uranus, Osiris, et les démons qui ont le sexe, mais n'ont plus leur tête, elle est devenue leur cerveau. La séparation entre dieux et démons s'est poursuivie dans le zodiaque, la couille droite est en fin balance (Zuben Elschemali) et la couille gauche est en début scorpion (Zuben Elakrab), séparée par une étoile particulière, celle du serpent.

    Le serpent entre les couilles ? C'est le fameux serpent de la Kundalini Yoga, la forme suprême du yoga, qui est d'utiliser la puissance sexuelle dans les ovaires ou testicules pour la faire remonter dans le corps et atrophier les chakras, jusqu'à celui de la tête, pour libérer toutes les parties de son corps, et accéder à l'imortalité après sa mort, façon Jedi de Star Wars. C'est le serpent Rahu, qui prend l'immortalité pour lui seul, mais doit la partager entre la couille divine balance et la couille démoniaque scorpion. C'est le serpent qui mange la plante d'immortalité, durement obtenue par Gilgamesh, qui s'était endormi de fatigue, le serpent en avait profité.

    Le serpentaire, c'est ainsi celui qui maitrise le "serpent sexuel", vous aviez compris, mais maitriser n'est pas mener une vie d'ascète, la vie de brahmane comprend la vie de famille, avoir une femme et enfants, et l'ascétisme n'est là qu'à la vieillesse. La plénitude sexuelle est au cœur de la spiritualité hindoue, le tantrisme étant un manuel pour une sexualité hindoue épanouie, accéder à une énergie appelée "shakti", synonyme de kundalini. Nous ne sommes pas dans le coté pervers occidental, qui a repris façon porno le kama sutra, mais dans une sexualité qui reproduit des rituels, pour accéder à 2 à l'état final de la kundalini yoga, plutot que tout seul.

    Le caducée, l'alchimiste mercurien se dit être plus fort que le serpent sexuel, d'avoir maitrisé l'énergie sexuelle, il l'a piégé autour d'un bâton (son bâton/phallus, vous aviez compris). Sauf qu'ils mentent, on ne peut maitriser éternellement le serpent, ce n'est pas un hasard si Gilgamesh, parti pour avoir la plante d'immortalité, revient sans, il prend au départ cet échec pour une défaite, sauf que le voyage aller-retour et les aventures vécues l'ont transformé intérieurement, c'est cela l'alchimie. Gilgamesh continuera d'avoir des maitresses, de leur faire des enfants, cela ne fera pas de lui un sage, dans sa sexualité.

    Les égyptiens avaient bien fait de figurer le serpent sous la forme d'Anubis, symbolisant le mal, la nuit, Saturne. Chaque soir, il part en guerre contre Ra, le Soleil, nous passons du secteur solaire balance au secteur saturnien fin balance, la nuit tombe, il reprend chaque soir le pouvoir. Mais chaque lendemain, Ra Soleil va gagner la bataille, chasser le serpent sexuel, le jour revient. Cette renaissance et mort du serpent chaque soir et chaque matin nous rappelle que l'alchimie n'est jamais obtenue, il n'y a de victoire que temporaire, Saturne noir nocturne revient chaque soir, comme la vieillesse succède à la jeunesse et oblige à faire un enfant, qui lui même devient vieux et devra faire des enfants pour survivre, etc. Le cycle de la vie et de la mort, du jour et de la nuit, du Soleil et du Soleil noir Saturne est ainsi, on se croit Soleil puis la vieillesse nous oblige au sexe, pour perpétuer son sang et l'espèce.

    Les égyptiens montrent ainsi Anubis se faire couper en morceaux par Bastet, chaque matin. Se faire découper en morceaux, c'est le sort de Saturne, vous aviez vu dans les mythes zodiacaux la mère Tiamat se faire couper en morceaux, son fils Kingu, la méduse, Osiris, Ymir, le démon Rahu immortel. Quand il n'est pas découpé, il est enfermé dans un lieu, tel Saturne dans l'Etna, Enki dans les eaux souterraines, Satan ou Lucifer en enfer, mais à un moment, l'immortel serpent sortira, son corps se reforme naturellement, avec le temps. Tous les mythes vous présentent ainsi qu'à la fin, le mal ressurgit de la ou les "dieux", les "gentils", l'avaient enfermé, il y a une bataille finale au terme de laquelle tous meurent, fin du jour, de la nuit, du cycle de vie et de mort, mais un couple survit, tel le couple babylonien qui accède à l'immortalité mais dans une terre inaccessible, pour avoir survécu au déluge. Les elfes du "seigneur des anneaux", pour ne pas mourir, partent tous dans une ile peuplée d'immortels, qu'ils ne pourront alors quitter. Gandalf et Frodon méritent d'y aller, pour leurs actions, à la fin.

    Disney a bien figuré le serpent avec l'alchimiste Jafar, qui tient un sceptre-cobra, il utilise le serpent pour le mal, et finit par se transformer en serpent pour tenter de tuer les gentils. Il est piégé par son désir de puissance et d'immortalité, il demande à devenir le "génie le plus puissant de la Terre", il devient certes immortel mais se fait piéger dans une lampe pendant un temps. Comme les dieux hindous, piégés dans la tête de Rahu, symbole du nœud Nord, et les démons, piégés dans le reste du corps, le nœud Sud. Être humain, mortel, capable d'aimer, mais vieillir et mourir, ou être immortel enfermé dans des prisons ? Jafar dans sa lampe doit sacrément s'emmerder...et c'est sans espoir de fin, sauf en espérant qu'un con d'humain va frotter la lampe, pour demander un vœu, ce qui arrive toujours, cf nos élites Skull et cie.

    De la balance au scorpion


  • Le passage du cancer au lion marque le passage dans une autre dimension de la mère puis du père, voire du "Dieu" ayant les 2 fonctions, et de ceux qui ont pactisé avec les parents, les "anciens" :

    Chez les sumériens, la transition se fait naturellement, Enki prend la place de sa mère Ki, Enlil prend la place d'Anu. Mais vous vous doutez, cela manque de sang et de larme. Dans la version babylonienne, Ki devient Tiamat, Anu devient Apsu. Maman a deux enfants, Kingu (Enki) et Marduk (Enlil), mais elle préfère un frère à l'autre. Marduk finit par comprendre que sa mère couche avec Kingu, aussi va t il prévenir son père divin. Devant la quasi absence de réaction, il le chasse dans les eaux primordiales (l'enfer). Cette rébellion n'affecte pas Tiamat, qui commence une relation officielle interdite avec son fils. Dégouté, Marduk découpe sa mère en morceaux. Qui dit mère dit Saturne, qui dit Saturne dit pierre, dit noir, ainsi avec les parties de cette "pierre noire", il conçoit les planètes du système solaire, qui sont chacune une partie coupée du corps de Tiamat, qui continue de vivre dans ces pierres. Tiamat n'est donc pas un personnage réel mais un moyen pour les anciens de raconter la naissance des astres et l'astrologie. Marduk devient Jupiter en tuant son frère Mars/Kingu, mais comme toujours il n'y a jamais mort réelle, il prend le sang de son frère et conçoit...l’être humain ! Kingu continue de vivre, par le sang qui est celui de Mars/Kingu.

    La mère est monstrueuse, souvent une araignée (Maya chez les hindous), je rappelle que nous avons plus d’ADN commun avec l'araignée (99,99%) que le singe (99,98%), et pourtant physiquement, voilà quoi. La mère s'est créée toute seule, sortie du vide chaotique (tel Ouranos, Cronos ou Apsu/Anu et Tiamat/Ki), mais la version la plus utilisée est celle de la vache, quand on tue la fonction maternelle, et du taureau, quand on tue la fonction paternelle. Quand le mythe a un père, il est en couple et tout aussi hideux. Dans l'Eda nordique, les dieux Odin, Vili et Vé mettent en morceau ce qui fait office de père et mère associé, l'hermaphrodite divin Ymir, et comme pour la version babylonienne, ils conçoivent la Terre et ce qui l'entoure avec les parties de son corps : sa chair = la terre; son sang = l'eau; son crane = le ciel; ses os = montagnes; cheveux = arbres; dents = rochers; cerveau = nuages; sourcils = midgard (paradis).

    Dans les mythes hindous tardifs, pervertis par les envahisseurs aryens, ils font mourir Gao Mata (vache mère, équivalente de Kali), personnifiée par la vache Dyaus (donnera en occident le mot Dieu) transpercée par la flèche de Jupiter/Indra. En Australie, en Afrique, en Asie, le sacrifice rituel de la vache était un classique, ainsi que sa version mâle, le taureau (en Afrique, chaque lieu touché par le sang sacrificiel du taureau était sanctifié). Chez les romains, la plus grande religion après le zoroastrisme et avant Jésus fut le culte de Mithra, le sacrifice du taureau paternel par l'humain. Cela dénote du désir dans l'ère du bélier, époque martiale sanglante, des guerres, des empires, de l'égo, de se croire au dessus de la Nature, des animaux, et des parents mythiques (exaltation solaire). Les adorateurs de Mithra furent sacrifiés à Rome sur une place qui deviendra le sinistre Vatican.

    Malheureusement pour ce signe d'exaltation jovienne cancer, suivi du lion jovien et martial (la victoire de Jupiter sur ses parents), le fait d’être jeune, fort, d’être un fils, ce n'est que temporaire, à un moment on murit, on est père soit même, et ainsi on devient le vieux, et qui dit vieillesse dit Saturne. Tout pouvoir jovien ne peut durer, le temps saturnien est toujours le plus fort, tout vieillit. Le cancer, on s'est crée un clan avec ceux de son age, contre celui des parents "âgés", ce sont les dieux de l'olympe contre les vieux titans, ce sont les 5 dieux "interdits" égyptiens (nés de l'union incestueuse entre la voute céleste Nout et son fils terrestre Geb) Horus l'ancien, Osiris, Seth, Isis et Nephtys qui prennent le pouvoir sur les autres dieux, comme les enfants divins Mars, Vénus, Mercure, Pluton et Jupiter et leurs homologues grecs sur les titans préexistants, au terme d'une guerre.

    Mais si Jupiter chasse Saturne dans l'Etna ou selon les mythes en enfer, au fond de l'eau ou dans un endroit profond, sombre, lointain, à un moment donné, celui qui n'est pas mort, mais ne fait juste qu'attendre son heure, il va finir par ressortir, ce pourquoi le lion est obsédé par l'ordre, il espère empêcher le retour de ce qu'il nomme le mal, la noirceur, il édicte ainsi des lois, des règles, des religions, des interdits, il essaie d'éduquer pour que ses semblables ne se laissent pas aller "au coté obscur", qui est pourtant nécessaire et indispensable dans la Nature, car c'est dans le chaos que se fait l'ordre, tout système ordonné selon notre vision jovienne finit toujours par tomber.

    Plusieurs mythes modernes, comme le plagiat du monomythe universel de Campbell par George Lucas dans Star Wars nous a bien montré que ce rapport parental n'est pas simple. Oui, le fils Luke jovien lumineux dans la force combat son père Dark Vador noir coté obscur, et il gagne, mais face à un ennemi plus fort que Saturne et Jupiter, la mort plutonienne incarnée par l'empereur, Saturne revient à la lumière et Luke vers son père, le terrain d'entente est là pour renverser la mort, devenir un fantôme immortel, tout de suite pour Anakin, dans l'avenir pour Luke. Le fait que le bien et le mal s'entendent pour vaincre la mort, c'est le cœur même du passage du lion à la vierge, à suivre...

    Du cancer au lion


  • Le passage des gémeaux au cancer marque la concurrence entre les enfants pour la supériorité sur le clan des "jeunes" :

    Chez les sumériens, les 2 frères n'ont pas la même nature, Enki a été conçu du ciel et de la terre, mais il est collé à la terre, quand à Enlil il a été conçu du ciel et de l'air, il est collé au ciel. Par là même, ils ne peuvent pas s'entendre, ainsi chacun dirige le monde qui lui est associé, pour les babyloniens Enlil remplace son père Anu, et Enki est relégué dans les eaux primordiales à la place de sa mère Ki, équivalent de l'enfer.

    Les grecs ont repris ce mythe, Enki et ses eaux primordiales infernales devient Pluton, chef de l'Hadès, et Enlil, fils proche de "Dieu" Soleil, devient Jupiter. Tout les oppose, l'un devient le bien, l'autre le mal, mais ils sont chacun nécessaires à un équilibre, la vie jovienne a besoin de la mort plutonienne, pas d'olympe paradisiaque jovien sans enfer primordial. En image de l'article, l'opposition entre Pluton et Jupiter, l'acteur jouant Pluton qui va après le remake du "choc des titans" incarner le bien nommé Voldemort, opposé plutonien du jovien Harry Potter.

    Une variante babylonienne des 2 frères est l'histoire d'Enkidu et de Gilgamesh, déjà citée maintes fois sur le blog. Enkidu est un homme des bois, sauvage nomade qui passe son temps à chasser, quand à Gilgamesh c'est le roi de la ville, sédentaire, ayant le pouvoir sur la caste des agriculteurs. Tout serait allé bien pour les 2 si chacun était resté dans son monde, mais les chasses d'Enkidu dérangent, il tue trop, détruit tout, il faut le dompter, aussi Gilgamesh envoie une courtisane pour séduire cet alter ego. Ça marche, Enkidu amoureux s'humanise, mais il prend connaissance de l'existence de son frère, et du fait que des villes existent, et il décide d'aller lui prendre son pouvoir. S'ensuit une lutte, qui cesse pour une raison inconnue (tablette cassée), les frères ont trouvé un terrain d'entente, aller chasser la foret des dieux voler le bois de cèdre sacré et tuer son gardien, Humbaba le démon.

    Vous connaissez cette histoire plagiée dans le mythe d'Abel et Caïn, Abel est le chasseur cueilleur nomade, et Caïn le sédentaire agriculteur. Abel symbolise le bien, l'ancien monde, et Caïn le mal, le nouveau monde. Histoire parfaitement manichéiste, aussi le mal poignarde son frère (1er crime historique selon la bible). Certes dans le mythe babylonien, Enkidu/Abel meurt et Gilgamesh/Caïn survit, seulement il ne tue pas son frère, grosse différence. Ils ont été inventer une nouvelle faute, après celle d'Eve, qui n'existait pas non plus dans le mythe originel. Un meurtre qui figure dans un paquet de mythes ultérieurs, que ce soit en Égypte avec Osiris et Seth, ou encore Shun et Yao pour les chinois, ou bien Romulus et Rémus, il tue son frère ou le piège à être tué pour fonder Rome.

    Le gémeaux est figuré par des mythes qui présentent 2 frères antagonistes mais complémentaires, parfois 2 sœurs, souvent un frère une sœur voire un couple, partons du départ :

    Dans le mythe d'Inanna/Ishtar, la déesse symbolise la Vénus diurne, celle qui dirige le monde d'en haut. Elle décide de descendre en enfer se réconcilier avec Ereshkigal, la Vénus nocturne, qui dirige le monde d'en bas, l'équivalent de l'enfer plutonien. Cette naïve doit à chacun des 7 portes se défausser d'un de ses 7 objets protecteurs, aussi arrive t elle nue devant sa sœur, qui la tue en la clouant sur une croix. Au bout de 3 jours elle ressuscite (ça me rappelle un truc tout ça, une histoire d'un certain JC) grâce à ses sujets, alertés par le fait qu'elle ne remonte pas. Sauf que vous vous doutez, remonter a un prix, elle doit choisir un remplaçant, et elle prend son mari (sympa). Les dieux ne parviennent qu'à adoucir la peine de cet idiot de service, il ne devra passer que 6 mois de l'année en enfer avec Ereshkigal.

    Le mythe de Perséphone est assez similaire, sauf que la pauvre fille est d'abord violée par son père Jupiter/Zeus, puis enlevée par son oncle Pluton/Hadès, ce qui devient un sujet de discorde, ils s'entendent sur le fait qu'elle sera violée 6 mois dans l'année par son père, 6 mois par son oncle. La morale était bien différente, n'oubliez pas que Zeus/Jupiter passe son temps à violer, se déguisant en animal ou oiseau pour piéger les femmes humaines, allant jusqu'à violer ses propres filles et même des hommes, tels le malheureux Ganymède. La seule qu'il ne touchera pas, c'est sa fille Athéna, et pour cause, elle n'a pas de mère, il l'a enfanté dans sa tête, et se l'est ouverte pour accoucher d'elle (me demandez pas comment c'est possible, c'est écrit dans le conte), elle apparait comme une extension de sa tête, de son égo, donc Mars, et incarne sa préférée, celle qui a son sang.

    Cette histoire de descente en enfer, on la retrouve en Chine, en Australie, en Grèce avec Ulysse, ou bien Hercule/Héraclès dans son ultime travail, ou encore Orphée remontant Eurydice, à Rome avec Énée, fondateur de la première Rome (appelée Lavinium). La fin de ces descentes est toujours à peu près identique : pour faire remonter le mort, le vivant ne doit pas se retourner, mais évidement il le fait, aussi le mort ne peut il passer qu'un jour sur 2 à la surface ou 6 mois dans l'année, pour cette simple boulette.

    Le symbolisme des gémeaux contemporain s'est fixé sur les frères Castor et Pollux. Léda a une relation avec Zeus, et pond 2 œufs (me demandez pas comment), l'un a été fécondé par Zeus, l'autre par son mari humain. Pollux, né de l’œuf de Zeus est immortel, pas son frère Castor, fils de Tindare mortel. Ils passent leur temps à chasser, comme Enkidu et Gilgamesh unis, sauf que ce qui devait arriver arrive, vous vous doutez bien, Castor est tué (nous avons une tonne de versions de cette mort) et finit en enfer. Mais l'histoire nous donne une variante, Pollux n'accepte pas d’être séparé de son frère, et il conclut un "deal" avec papa Zeus : Les 2 frères seront vivants un jour sur 2 ou la moitié de l'année selon les versions, Pollux acceptant de se séparer d'une partie de son immortalité et d'aller en enfer avec son frère l'autre moitié du temps.

    Le gémeaux est dans cette quête du double, de ce paradis perdu dans l'enfance et l'adolescence. Le cancer, c'est la solution par la création d'un clan, d'une famille, chaque frère se crée son monde, il y a partition des pouvoirs. Les 2 mondes nés de la scission de l'exaltation plutonienne en fin gémeaux, qui symbolise la "1ère mort", on ne les voit qu'adversaires dans nos films et livres modernes, mais le secret lunaire de ce signe, c'est justement que l'ombre est nécessaire à la lumière, la Lune doit s'opposer au Soleil, Saturne à Jupiter, Vénus à Mars, la nuit au jour. La partition équitable de l'année, du ciel et de la Terre, commence dans les gémeaux lunaires, mais en cancer les enfants, la nouvelle génération, partira en guerre contre leurs parents, l'ancien monde. Un autre sujet...

    Des gémeaux au cancer





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique