• Sangoku, messie astral ?

    Comment ne pas évoquer en détail cet animé mythique ? La sortie du film "remake" à la sauce Dragon Ball Super de Broly nous donne quelques clés :

    San Goku, messie astral ?

    San Goku, messie astral ?

    Nous avons avec les films 2 thèmes joviens direct et micro, 2 thèmes verseau et 2 Neptune+Mars direct et micro : c'est la bataille pour le titre de "Dieu", de "roi", un conflit né à l'enfance (signe verseau). Si le combat du 1er Broly est mythique, le fait que Broly en veuille à Goku parce qu'il le traumatisait en couveuse prêtait néanmoins à sourire, mais c'était astral. La Lune du 1er est celle de "Dieu", c'était LE sayen légendaire, qui gagne contre tous les combattants, il n'a fallu qu'une astuce habituelle de Goku pour l'emporter (tout combat qui se termine sans le fait de prendre l'énergie des autres combattants, ce n'est plus du Dragon Ball).

    San Goku, messie astral ?

    San Goku, messie astral ?

    Le "retour" de Broly est encore verseau, cette fois l'enfant est Gohan, ne pouvant se venger sur Goku, mort dans la saga Cell, Broly se venge sur son fils, dans un combat risible et ridicule, qui perd tout le coté "drama" cher à l'animé. Saturne+Mars+Mercure, c'est la "victoire de l'adversaire contre le jeune", et il faut encore une astuce habituelle pour gagner (triple Kaméhaméha avec Goku revenu temporairement des morts, symbole de la "Goku dépendance", comme dans le film "Bojak").

    San Goku, messie astral ?

    Le film sort dans le même cycle verseau que le film "Fusion", qui avait vu l'arrivée de Gogeta, astuce suprême et bâclée. Il faudra s'attendre à un autre gâchis...tout cela pour vendre des figurines !

    San Goku, messie astral ?

    On a dans ce cycle la sortie du nouvel Astérix, qui va nous éclairer sur Broly...

    San Goku, messie astral ?

    Car oui, Astérix est neptunien+martial, comme Broly, et il a la même Jupiter. Asterix se transforme après avoir bu de la potion magique, Broly se transforme en voyant son cousin.

    San Goku, messie astral ?

    Le film nous indiquera bien qu'Astérix ne serait rien sans son produit dopant Neptune+Mars, encore retour jovien pour être le maitre grâce à ça.

    San Goku, messie astral ?

    San Goku, messie astral ?

    La potion magique est jovienne exaltée, Neptune+Mars micro, et encore verseau. Nous avons ici un "le sang se libère", ou encore "permet de gagner le titre de roi". Astérix emporte un défi divin, battre l'humain le plus rapide à la course, en buvant la potion...

    San Goku, messie astral ?

    Comme un certain Usain Bolt, Neptune+Mars tiens donc, qui prenait de l'EPO Neptune+Mars, ça alors.

    San Goku, messie astral ?

    La question de savoir si à terme nous pouvons faire des "super humains", des "Broly", le ciel dit oui. Bolt a été le maitre jovien en signe des jambes, d'ou sa rapidité. Neptune+Mars en signe sagittaire, la pisse, il a pu trouver un dopant passant le test du pipi, pour ne pas être repéré.

    Revenons à Dragon Ball :

    San Goku, messie astral ?

    Dragon Ball raconte l'arrivée d'un enfant verseau, sorte d'antéchrist, de mal incarné, justice jovienne injuste, Saturne+Mars de plus (le combattant ennemi). Heureusement pour nous, Goku se tape la tete et devient amnésique, oubliant sa mission et sa nature de "Sayen", un guerrier chargé de tuer et conquérir.

    Dragon ball Z (2 en japonais) n'est que la reprise logique du début de Dragon Ball, un autre Sayen vient sur Terre pour demander à Goku pourquoi il n'a pas accompli sa mission vénusienne, et Goku se sacrifie, principe vénusien, pour battre cet ennemi jovien, venu appliquer sa justice façon Thanos.

    San Goku, messie astral ?

    Végéta ne pouvait qu'incarner le Némésis plutonien, le reflet vénusien du mal, de celui qui n'a pas oublié sa mission première, et vient sur Terre pour l'accomplir. Le rapport entre Goku et Végétal n'est que celui de Jupiter, le bien, la loi et la justice, et son frère Pluton, l'enfer, l'élite, le pouvoir. Il n'est pas vaincu seul, mais pendant un court instant, Goku a surpassé et humilié Végéta, ce qu'il va lui reprocher les 300 prochains épisodes.

    San Goku, messie astral ? 

    San Goku, messie astral ?

    Le grand moment de DBZ est bien sur celui ou il devient Super Sayen, lors d'une magnifique Jupiter exaltée avec Vénus et Mars...soit l'aspect de Jésus ! Le rôle messianique, christique, est parfaitement symbolisé dans cette transformation, c'est la naissance de la légende, du guerrier de la foi, son ADN et sa force se libèrent, c'est la victoire martiale du bien supposé jovien.

    San Goku, messie astral ?

    La transformation de Végéta en Sayen est l'exact inverse, nous n'avons plus Jupiter avec Vénus+Mars, mais Saturne opposée avec Vénus+Mars, c'est la victoire de Végéta, qui était l'ennemi saturnien, il surpasse enfin Goku, temporairement dans la saga, et devient le boss, le bras de justice jovien.

    San Goku, messie astral ?

    La transformation en Sayen 3 se produit avec la même Mars et thème jovien micro Mars, elle est astrale, mais hélas, là ou toutes les transformations donnaient la victoire, elle verse dans l'anecdote, Bou n'est pas vaincu, comme quoi une logique astrale ne donne jamais la qualité d'une scène.

    San Goku, messie astral ?

    San Goku, messie astral ?

    La série Jupiter+Vénus Dragon Ball Super ne fait que copier les 2 précédentes, tentant de retrouver leur essence, mais sans jamais rien inventer, ne faisant qu'accumuler les clins d'oeil pour les fans et tenter de leur rendre la "joie" vécue lors des transformations mythiques de la série :

    San Goku, messie astral ?

    Comme quand Goku devient Super Sayen "divin", nous avons une Jupiter exaltée. Mais reproduire une énergie astrale sans talent ne rend pas honneur à ce retour astro-logique.

    San Goku, messie astral ? 

    San Goku, messie astral ?

    Quand Goku accède pendant 10 minutes à une énergie divine encore plus forte, nous avons eu encore un Mars+Vénus et en secteur de la conjonction de Jésus. 

    San Goku, messie astral ?

    La forme "finale" de Goku, Jupiter et Mars sont cette fois micro, cette fois Goku est enfin le roi, seul et sans besoin d'attaque combinée. Mais comme d'hab il faut qu'ils nous sortent le fait que c'est temporaire pour gâcher la fête et le sentiment de "grande saga retrouvée".

    San Goku, messie astral ?

    Dans "Super", il faut toutefois dissocier le chapitre sur Goku Black, copie vénusienne de Goku, antéchrist justicier divin apportant la mort en croyant remettre de l'ordre façon Thanos. Pour une fois, la reprise astrale s'est soldée par de la création vénusienne et non seulement un remake actualisé des idées précédentes, mais bon ils nous ressortent Trunks du futur, faut pas non plus trop rêver :

    San Goku, messie astral ?

    Un retour astral, là encore, l'histoire de Trunks étant vénusienne, en poissons, le monde mourant, finissant, obligé de retourner dans le passé pour empêcher cette finalité vénusienne.

    San Goku, messie astral ?

    Pour finir, comment ne pas évoquer Gohan, qui a eu 2 moments de gloire, avec des thèmes joviens direct et micro, et plutoniens. Pas facile de transcender son père jovien, comme Végéta plutonien il ne le fait que temporairement, et il est désormais humilié dans "Super", aucun scénariste n'a envie de le faire devenir Sayen divin, ils préfèrent le laisser en rôle de prof de maths lopette. Mars en lion, il a essayé de dépasser le père, au moins.

    « Uranus en bélierBâtisseurs de l'ancien monde »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,