• Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Avant d'aborder la découverte de Galilée, il faut revenir au contexte de l'année 1609-1610 :

    Les découvertes de Copernic concernant le fait que la Terre n'était pas au centre de l'univers et que toutes les planètes tournaient autour du Soleil avaient été censuré par le Vatican, trop conscient de la révolution de cette idée. Mais forcés de constater les faits astronomiques, nos sectaires s'en remettent au système proposé par Tycho Brahé, qui énonce que toutes les planètes tournent autour du Soleil sauf la Terre, et que le Soleil tourne autour de la Terre. Cela sauve le principal dogme religieux.

    Et arrive Kepler, qui reprend les travaux de Copernic et arrive à consulter les relevés astronomiques de Brahé, pour s'attaquer au grand problème de l'astronomie : les cycles de Mars. Copernic voulait supprimer les épicycles, mais son système héliocentrique ne le permettait pas, et c'est Kepler qui va résoudre ce problème : les trajectoires des planètes ne sont pas des ronds parfaits (image du divin pour les chrétiens) mais des ellipses. Dès lors, Kepler peut établir sa 3ème loi, permettant de comprendre la durée de chaque ellipse planétaire et donc les rétrogradations. Celle de Mars, vue de la Terre

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Le cycle de Mars est enfin compris, une grande victoire, normal avec Mars.

    Un autre tournant a lieu dans les semaines qui suivent : Galilée réussit à obtenir une lunette astronomique, objet rare pour l'époque, dont il améliore le grossissement de x3 à x6, et jusqu'à x30. C'est avec x20 pointé sur Jupiter qu'il pensera découvrir 3 nouvelles étoiles, cf son dessin

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Il croit le 7 janvier observer 3 nouvelles étoiles, mais le 13 janvier (fameux 13), il en voit une quatrième, et ces étoiles se déplacent, il constate donc que ce sont des lunes, qui ne tournent pas autour du Soleil, mais autour de Jupiter. Le Soleil n'est plus le Dieu de l'héliocentrisme naissant. De quoi largement déplaire aux religieux

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    La révolution permise par Jupiter l'était dans les astres : Jupiter + Uranus, l'astre de la révolution, une découverte inspirée par nos "dieux", Lune exaltée nord, Soleil+Sud, et enfin Lune+Neptune, poussé par l'inconscient collectif à comprendre une grande vérité sidérale.

    Pour observer le ciel à la manière de Galilée, telechargez Stellarium ici et les constellations d'Hevelius là et comment l'installer. Ouvrez le ensuite, à la date du 7 janvier 1610, 19h, à "Padova"

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Mettez en pause le temps, et faites Ctrl+M pour voir le ciel comme Galilée

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Cherchez Jupiter, et zoomez

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Abracadabra, Jupiter comme l'a vu Galilée, avec ses lunes. Vous pouvez ensuite avancer dans le temps pour la fameuse observation du 13 et 15 janvier :

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Les 4 lunes, alors appelées Jupiter I, Jupiter II, Jupiter III et Jupiter IV. C'est la découverte des lunes de Saturne, nommées comme les titans, frères et sœurs de Saturne, qu'il fut décidé de nommer ces Lunes en rapport avec Jupiter. Les lunes "médicéennes" (pour Médicis, le protecteur de Galilée), qui devaient être "cosmiques" (pour Cosme II, le prince qui permit à Galilée de travailler) furent nommées selon 3 femmes enlevées et violées par Jupiter, et Ganymède, l'homme homosexuel enlevé et violé aussi par le dieu bisexuel, cela en reprenant l'idée d'un plagiaire de Galilée, Simon Marius :

    « Jupiter est accusé par les poètes d'amours des plus illicites ; trois jeunes femmes vierges sont surtout mentionnées, car Jupiter fut saisi et possédé d'un amour caché pour elles, à savoir Io, fille du Fleuve Inachos, ensuite Callisto fille de Lycaon, et enfin Europe, fille d'Agénor ; de plus il aima vivement Ganymède, beau jeune homme fils du roi Tyros, au point qu'ayant pris la forme d'un aigle il le transporta au ciel posé sur ses épaules, selon ce que racontent les poètes, surtout Ovide, dans Métamorphoses, I, 6. Ainsi, je ne crois pas avoir mal fait si le premier est appelé par moi Io, le deuxième Europe, le troisième Ganymède en raison de la majesté de sa lumière, et enfin le quatrième Callisto. »

    La découverte a été permise par la lunette astronomique

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    L'invention révolutionnaire Uranus opposée à l'Uranus natale pouvait vous valoir le bucher, les gens pensaient que les images vues à l'intérieur étaient celles du diable. Lune+Pluton, le télescope vous permet de voir en détail la matrice plutonienne. Le grand Galilée, verseau messager des plutoniens, ne pouvait que détruire des dogmes et observer la matrice, sous influence.

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Son protecteur n'avait pas le choix, il devait apprécier son précepteur et le protéger à Venise pour faire cette découverte révolutionnaire.

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Le livre "messager céleste" clôt le cycle Uranus+Jupiter. Un véritable scandale, des lunes qui ne tournent pas autour de la Terre ou du Soleil. A la mort de Cosme II, Galilée qui a eu la mauvaise idée de retourner à sa terre natale est mis en procès, et il n'échappera au bucher qu'en reniant toutes ses découvertes. N'est pas Giordano Bruno qui veut.

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    Ils l'ont condamné à mort, mais la révolution était en route, Soleil verseau et Uranus+Pluton opposé Saturne, il n'a jamais renié sa découverte : l'univers n'a pas de centre et il y a une infinité de mondes habités.

    La religion ne s'est jamais remise de ces découvertes, et c'est Newton qui creusera la tombe de la chrétienté, mais cela, c'est un autre sujet.

    Lunes de Jupiter, regard cosmique

    « Satanisme, culte de Saturne ?Trollisme tropical ou action sidérale ? »

    Tags Tags : , , , , ,