• Astrologie sumérienne, grecque, indienne, arabe

    Différentes astrologies, donc traductions du langage céleste, nous allons voir en quoi elles consistent.

    L'astrologie sumérienne :

    Nous sommes avec Sumer dans l'observation du ciel, et l'explication des rapports célestes sous forme d'archétypes, les planètes deviennent des personnages engagés dans des aventures qui varient selon les étoiles traversées par le Soleil et la Lune, rassemblées elles aussi en archétypes. Ce n'est pas de l'astrologie expliquée directement, du genre "Vénus du matin gouverne telle et telle constellation", c'est de l'astrologie pour les nuls, racontée sous forme de mythes, ce mot voulant dire "mensonge". On raconte une vérité céleste cachée derrière un mensonge, c'est le principe du symbole, la seconde partie du symbole cassé en 2, l'ésotérique, est cachée par une partie visible, exotérique, l'histoire racontée. Beaucoup se sont fait piéger en croyant la partie racontée comme réelle, pensant Enki et Enlil non comme des planètes mais des êtres qui ont vraiment existé. Dans la catégorie, c'est bien sur Anton Parks, malgré sa sincérité, qui se fait piéger et ne comprend pas la valeur symbolique. Un autre, Mauro Biglino, s'est lui fait piéger par un autre texte symbolique, l'ancien testament, les rédacteurs du texte n'ayant fait que piller les sumériens.

    L'astrologie sumérienne est bien entendu sidérale, conforme au ciel astronomique, astronomie = astrologie.

    L'astrologie grecque :

    Les grecs sont les 1ers à voir chez le créateur un "géomètre", et donc qui dit géométrie dit angles, ils sont les 1ers à rationaliser l'astrologie sidérale, en décidant de découper le ciel en 12 signes de 30 degrés chacun, du coup certaines constellations débordent, ce n'est pas un travail exact, ainsi la balance est totalement inventée, n'est que la seconde moitié de la vierge mêlée aux pinces du scorpion. A cela Ptolémée ajoute les décans, les 7 astres connus gouvernent chacun alternativement une partie d'un signe, et ainsi on se retrouve avec des gags, ainsi le 3ème décan du bélier est vénusien (après le martial et le solaire, pour l'exaltation), de même Saturne se retrouve au 3ème décan taureau, signe jovien.

    L'astrologie grecque est encore sidérale, conforme au vrai ciel astronomique.

    L'astrologie romaine :

    Les romains donnent plus d'importance aux maisons natales (Position du Soleil dans le ciel à la naissance, ainsi maison 1 = lever du Soleil, maison 7 = coucher), mais surtout ils simplifient à outrance les archétypes plagiés. Là ou Vénus avait toujours eu 2 formes (même chez les grecs, il y avait 2 Aphrodites/Vénus), les romains fusionnent les 2 aspects en un. Idem pour Jupiter, pour Mars, toute une partie du symbole caché est perdue par cette simplification, l'astrologie devient "pour les idiots". Nous sommes avec Rome dans le basculement de l'astre important du ciel, alors que les précédents calendriers étaient lunaires (Lune astre royal), la Rome antique est la 1ère à adopter un calendrier solaire (Soleil astre royal), ainsi le mois de Mars, c'est en référence au mois (mois venant de mès, le cycle lunaire, dans les 1ers calendriers) ou le Soleil est en bélier, signe martial pour les romains.

    Astrologie indienne :

    Les hindous ont une astrologie qui est le fruit des multiples invasions qui ont secoué le pays, ainsi elle est sidérale, et reprend le modèle grec, mais tout en gardant la Lune comme astre royal : calendrier lunaire, et ce n'est pas la position du Soleil à la naissance (maison) qui compte, ni les décans, mais les demeures lunaires, appelés "nakshatras". Les 7 astres connus + les 2 nœuds se partagent les signes, 3x9 = 27 demeures. Ils font l'erreur inverse des romains. Là ou Rome, donc l'occident, érige le Soleil comme astre royal, les hindous mettent la Lune sur le piédestal. Pour les hindous, seul le signe lunaire compte, pour les occidentaux, le signe solaire est le seul qu'ils connaissent, souvent. Demandez à quelqu'un son signe lunaire, il dira souvent "gné ?". Les 2 camps sont dans l'erreur, l'astrologie est luni-solaire, lunaire la ville de départ, ce qu'on était à la naissance, solaire la ville d'arrivée, ce qu'on sera au moment de notre mort. Pour savoir ou on va, il faut savoir d’où on vient, et inversement savoir d’où on vient, faut savoir ou cela va nous mener. Nous ne sommes ni notre signe lunaire, ni le solaire, mais sur une autoroute entre ces 2 signes/villes.

    J'ai fini par virer les demeures lunaires, pour une raison simple : Neptune, Uranus et Pluton n'ont pas leur demeure. C'est même pire que cela, pour l'astrologie indienne, ces planètes n'existent pas ! Essayez de lire un thème en décochant ces astres de votre Proastro...

    L'astrologie arabe :

    Les inventeur du Coran, en plagiant toutes les religions existantes, reprennent les travaux de Ptolémée, et décident de fixer les signes aux dates de Ptolémée, quand le passage du poissons au bélier se faisait à l'équinoxe de printemps. En fixant les dates, ils séparent donc signes et constellations, et décident que cela n'a rien à voir (demandez à un tropicaliste). Ils gardent la Lune comme astre maitre (calendrier lunaire), et font de la Lune leur symbole "divin", Allah venant du nom "al-lul", le signe du cancer sumérien, lunaire pour eux.

    L'astrologie arabe est tropicale, les passages des saisons étant associés aux passages de signes, bélier = printemps, cancer = été, balance = automne et capricorne = hiver. Par extension, pour une journée donnée, exemple aujourd'hui 28 décembre, un natif naitra capricorne à l'hémisphère nord, mais cancer à l'hémisphère sud (là bas, c'est l'été). Le destin est donc aussi simple à modifier que de prendre l'avion pour accoucher au Brésil, ou l'inverse, de partir du Brésil vers l'autre hémisphère. Vous vous rendez compte de l'idiotie de cette pseudo astrologie ? Les signes associés à l'hiver étant du coup de mauvais signes, et les signes d'été des bons signes, car oui, le ridicule ne tue pas pour le tropicalisme.

    Paradoxalement, le tropical sauve l'humanité, car 99,99% de nos élites utilisent le faux ciel pour programmer leurs actions, et elles foirent pour la grande partie. Serions nous là si l'humanité n'avait pas adhéré au tropical ? Non, il y a longtemps que l'humanité aurait tout détruit, désormais, heureusement pour nous, seules quelques portes, qui se ferment de plus en plus au gré de l'augmentation de la précession des équinoxes, permettent encore à ces élites de "réussir", la prochaine étant la fausse entrée de Saturne en capricorne, correspondant à l'exaltation Sud.

    Astrologie sumérienne, grecque, indienne, arabe, bases

    « Nostradamus, Arjuna moderneSéries et films de robots, à l'ouest ? »

    Tags Tags : , , , , , , , ,